Catroulette aide les chats abandonnés à trouver un nouveau maître

Mardi 4 septembre 2012 — Le 1er septembre, la phase 1 du « Plan Chats » a été lancée. Les chats qui quittent un refuge doivent désormais obligatoirement être stérilisés. Ce n’est pas trop tôt, car les refuges sont à nouveau submergés. Afin de trouver un nouveau maître aux chats arrivés cet été, quatre refuges lancent, avec le soutien de GAIA, « Catroulette », un site sur lequel les chats sont présentés de manière créative à des maîtres potentiels.

1 + 1 = 6 chats

Une chatte peut avoir, en 16 mois de temps, pas moins de 36 chatons. Les conséquences sont souvent dramatiques : nombreux se retrouvent abandonnés en rue et/ou dans des refuges. Et comme ces refuges, malgré leurs efforts, n’arrivent généralement pas à caser tous ces chats, la seule solution est souvent l’euthanasie. L’année passée, pas moins de 12 000 chats ont subi ce sort funeste.

C’est dans cette optique que la Ministre de la Santé Publique, Laurette Onkelinx, a lancé le fameux « Plan Chats », qui veut s’attaquer à cette problématique de manière préventive. Ce 1er septembre 2012, la phase 1 a été lancée : tous les chats adoptés dans un refuge doivent obligatoirement être stérilisés, identifiés et enregistrés. Si la deuxième phase – au cours de laquelle les particuliers seront obligés de stériliser leur chat s’ils le vendent ou le donnent – est relativement vite mise en place, le Plan Chats devrait être une réussite. 

Cette mesure n’arrive pas trop tôt : les refuges sont remplis de chats qui attendent un nouveau maître. C’est pour eux que « Catroulette » a été lancé aujourd’hui.

Catroulette aide les chats à trouver un maître

Catroulette est une initiative de quatre refuges, soutenue par GAIA. Le site s’inspire d’un phénomène populaire sur internet, « Chatroulette » : via webcam, vous êtes mis en contact avec une personne aléatoire. Si cette personne vous intéresse, vous poursuivez la discussion. Si vous voulez passer à quelqu’un d’autre, il vous suffit de cliquer sur « Next », et vous ne reverrez plus la personne précédente.

Catroulette fonctionne selon le même principe. Vous pouvez voir une séquence vidéo d’un chat. Si vous voulez voir un autre chat, cliquez sur « Next ». Par contre, si le chat visionné vous plaît, il vous suffit de cliquer sur « Adopt ».

Catroulette, avec le soutien de GAIA

À l’instar des refuges, GAIA veut avant toute chose s’attaquer à la cause de la surpopulation féline. Des actions préventives, telles que la stérilisation / castration obligatoire des chats en sont un bon exemple. GAIA soutient également des initiatives qui luttent, de manière très respectueuse de l’animal, contre les conséquences de cette surpopulation. « Catroulette en est un bon exemple : cela attire l’attention sur les refuges d’une manière créative et ce, durant une période où de nombreux chats attendent un nouveau maître. Nous ne pouvons qu’encourager cette initiative, » déclare le président de GAIA, Michel Vandenbosch.

Les particuliers doivent eux aussi être obligés de stériliser / castrer leur chat

Bien que les refuges et GAIA soutiennent le Plan Chats, ceux-ci ne sont pas satisfaits de la manière dont ce plan a été approuvé par le gouvernement en juin dernier et est entré en vigueur ce 1er septembre. Ils estiment que le « Plan Chats » ne peut être efficace que si les refuges, mais aussi les particuliers, sont obligés de stériliser / castrer leurs chatons. Car c’est dans le chef des particuliers que réside la majeure partie du problème de surpopulation. Cette mesure ne peut donc pas frapper que les refuges, elle doit également concerner tous les chats domestiques.

Les demi-mesures ne font pas avancer les choses. Les refuges craignent également que la concurrence des chats gratuits, provenant de particuliers (notamment sur des sites de seconde main), fasse diminuer leur demande en chats , les contraignant alors à l’euthanasie de certains animaux.

Philip Zurinckx, président du refuge Dierenasiel, à Saint-Trond, nous parle du Plan Chats : « Si l’on veut s’attaquer sérieusement à la surpopulation féline, il convient de prendre des mesures drastiques et de responsabiliser les particuliers à court terme. Le but n’est pas d’exterminer le chat, mais il est évident que les refuges seuls ne peuvent résoudre le problème de la surpopulation. Un changement de la loi doit induire un changement des mentalités et non l’inverse. Attendre que l’opinion publique accepte l’idée d’une stérilisation / castration obligatoire ne constitue pas une option. La stérilisation obligatoire des chats domestiques (même s’il ne s’agit que d’une mesure temporaire) est aujourd’hui une urgence absolue. »

Michel Vandenbosch, le président de GAIA : « Les intentions premières du Plan Chats étaient excellentes : la stérilisation et la castration obligatoire des chats. Toutefois, l’Arrêté Royal finalement approuvé par le gouvernement n’est absolument pas suffisant. Il n’y est question que d’une éventuelle extension de la stérilisation à tous les chats (refuges et particuliers), donc après évaluation en 2015. C’est beaucoup trop vague. GAIA veut une date clairement définie, à partir de laquelle les particuliers seront obligés de stériliser / castrer leurs chats. À défaut, il y aura encore plus de chats dans les refuges, amenés par des particuliers qui ne savent pas donner ou vendre leur nichée et qui ne savent pas quoi en faire. »

www.catroulette.be

Catroulette a été développé par quatre refuges :

Kitten in Nood, Brakel.
Blauwe Kruis, Wommelgem.
Blauwe Kruis, Bruges.
Dierenasiel, Saint-Trond.

Catroulette 1
Catroulette 2
Catroulette Logo

Published with Prezly